Hygiène féminine et Hannahpad

Hygiène féminine et Hannahpad

Ce soir je vais vous parler d’un sujet « de nana » qui concerne donc 51% de la population mondiale. Je parle donc des règles! Vous allez me dire « mais que vient faire ce sujet sur un blog de voyage »?

En fait encore une fois je vais vous parler de Madagascar et des femmes rurales. Depuis 4 ans que je travaille avec ODADI, c’est vrai que je m’étais plus ou moins demandé comment ça se passait pour elles pendant les menstruations mais sans trop me poser de question.

Lors de mon 2ème voyage, j’ai appris que les femmes rurales, là où on travaille avec ODADI, ne portent pas forcément de sous-vêtement et n’utilisent pas de protection hygiénique. Pourquoi et comment font-elles alors?

Pourquoi: la principale raison est qu’en fait, les serviettes hygiéniques jetables coûtent une fortune pour ces femmes qui gagnent 1€/jour. Donc ces protections féminines sont exclues et elles n’en achètent jamais. (et je ne vous parle pas du fait que c’est polluant, surtout pour un pays où il n’y a pas de système de ramassage des déchets).

Comment font-elles? Accrochez vous bien. Elles utilisent du journal (assez soft), des vieux chiffons trouvé dans un coin de chambre (mais pas du tout propre et plein de bactéries) et enfin, du sable ou de la cendre. Oui oui, vous avez bien lu, du sable ou de la cendre.

Imaginez un peu.. Imaginez les infections qu’elles peuvent et doivent avoir. .

ça fait donc quelques années que je me pose la question à savoir « comment les aider? ».

Les serviettes hygiéniques lavables sont, je pense, une bonne solution. Du coup j’ai essayé de creuser le sujet et j’ai découvert que c’était la solution envisagée dans plusieurs pays en voie de développement et que certaines associations mettaient en place des ateliers de confection de serviettes hygiéniques lavables.

Donc je me suis dit que ça serait pas mal de faire ce genre d’activité au centre Patrakala. Jusque là c’était un peu compliqué puisqu’il n’y avait pas de salle de couture mais à présent, elle est construite! Les machines à coudre sont toujours dispo et en place donc lorsque les femmes veulent venir, sans qu’il y ait forcément de formation, elles en ont la possibilité.

Je pars à Madagascar dans 1 semaine. Je vais donc découvrir la maison de couture et je vais montrer le système de serviettes hygiéniques lavables. Je vais également leur proposer de créer un atelier de couture pour en fabriquer, pour elles et pour vendre. Je cherche depuis quelque temps des patrons pour ça et je n’en ai pas trouvé de très bien ni de différentes tailles.

Je me suis dit aussi qu’il fallait avant tout que je montre aux femmes à quoi ressemble une serviette hygiénique lavable (oui parce qu’avant de leur proposer d’en faire, il faut quand même savoir à quoi ça ressemble ^^). Comme on n’en trouve pas partout, que je suis un peu juste en date et que l’association (et moi) n’a pas les moyens d’en acheter, j’ai demandé, à tout hasard, un don de serviettes hygiéniques lavables à une entreprise, Hannahpad.

Et celle-ci a répondu favorablement!! J’étais tellement contente d’avoir pu échanger avec les responsables et de voir que mon idée et nos actions les touchaient!!

Aujourd’hui j’ai reçu le colis qu’Hannahpad m’a envoyé pour amener à Madagascar.


J’ai vraiment été super contente de recevoir ce cadeau de la part d’Hannahpad. C’est génial de voir des gens qui s’intéressent à notre boulot et de voir qu’ils veulent nous aider. C’est la 1ère fois que je fais une sorte de partenariat (oui on peut appeler ça un partenariat?) avec une entreprise et je ne suis pas déçue.

Je vous ferai donc un petit article retour sur les journées avec les femmes, la proposition des serviettes hygiéniques et leurs réactions (d’ici 3 semaines)!

(non, je ne vais pas terminer par un remerciement à Hannahpad, je suis polie, je vais leur écrire directement et échanger plus longuement! )

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant!

Merci encore à Hannahpad pour ce don et cette aide précieuse.

Dotation d’Hannahpad

Je suis donc partie le 7 novembre à Madagascar avec les serviettes dans mes bagages, ainsi que les explications et les informations sur les produits.

LA 1ERE JOURNEE

Nous avons organisé la 1ère journée d’information sur les serviettes hygiéniques lavables le 15 novembre 2017.

Lors de cette 1ère journée il n’y avait que peu de participantes : notre intervention a été annoncée un peu tard et la plupart des femmes avaient été retenues à une journée pastorale ou aux champs.

Ce jour-là il y avait donc 4 femmes (de gauche à droite) : Niev, Bertine, RâLine et Fara. Ces 4 femmes sont celles qui assistent le plus souvent aux formations organisées par ODADI.

Niev a 7 enfants dont 2 filles ayant l’âge d’avoir leurs règles

Bertille a un fils qui a perdu sa femme en couche. C’est Bertine qui s’occupe de sa petite-fille.

Râline a une fille ayant l’âge d’avoir ses règles.

Fara a une fille de 20 ans, déjà maman et une fille de 3 ans, Valérie (présente à la formation).

Elle participe également aux formations organisées par Secaline (centre nutritionnel à Madagascar).


Elles ont toutes été grandement intéressées par le principe des serviettes. Elles ont regretté l’absence des autres femmes et de leurs filles.

Je leur ai expliqué comment les fabriquer, avec quel genre de tissus et de fournitures. Elles se sont inquiétées surtout de savoir comment trouver du tissu imperméable (difficilement trouvable en brousse) et le financer.

LA 2EME JOURNEE

Ce 2ème jour de formation s’est fait le 8 décembre 2017 et a accueilli plus de femmes que lors de la 1ère. Elles étaient 10. La fille de Bertine était là, tout comme Niev ainsi que l’institutrice de l’école de Beorana.

C’est Lydia qui se chargeait, comme pour la 1ère journée, de la traduction.



Les interrogations ont été les mêmes que lors de la 1ère réunion. Elles m’ont aussi demandé combien coûtaient les serviettes que j’avais ramenées. Une serviette HannahPad coûte l’équivalant d’un salaire mensuel, elles ont donc été impressionnées et m’ont demandé si elles aussi pouvaient en fabriquer afin que j’en vende en France aux mêmes prix ! Je leur ai donc expliqué grâce à une explication sur le tableau pourquoi elles étaient à ce prix. Je leur ai expliqué en quelques mots le commerce international, la provenance du coton biologique et la qualité des serviettes Hannahpad.


Il n’y a pas de problème majeur à la fabrication de ces serviettes, mise à part l’achat des tissus, notamment le tissu imperméable. Toutefois, l’association ODADI se chargera de fournir ce qu’il faut aux femmes, moyennant une contribution à la hauteur de leurs moyens de la part des femmes.

Les femmes et ODADI fonctionnent de cette manière depuis le début des formations couture.

Nous avons également insisté sur l’importance du nettoyage des serviettes. L’humidité du lieu me faisait craindre que les serviettes ne sèchent pas mais les femmes m’ont expliqué que leurs vêtements séchaient bien et qu’il en serait de même pour les serviettes.



L’intérêt majeur que les femmes ont trouvé à ces serviettes sont les boutons pressions. Elles se sont inquiétées car les boutons pressions ne se trouvent pas à Madagascar et sont très chers. Nous leur avons donc parlé des boutons pression qui se cousent et que nous avons obtenus comme dotation.

Les femmes ont vraiment apprécié d’avoir plusieurs tailles différentes.

J’ai également bien insisté sur le fait que les serviettes HannahPad sont de très bonnes qualités et que les femmes n’ont pas à accéder à ce niveau de perfection pour la réalisation de leurs serviettes. Elles n’ont pas vraiment confiance en elles et elles peuvent se décourager vite lorsqu’on leur propose un projet qui leur parait compliqué.



Les femmes ont été vivement intéressées pour reproduire ces serviettes pour leur usage personnel et pourquoi pas, pour en faire un petit commerce.



CONCLUSION

ODADI doit encore trouver une formatrice couture afin de mettre en place les ateliers de fabrication de serviettes hygiéniques. Femmes En Action espère pouvoir financer son salaire.

J’ai déjà rencontré une entreprise malgache pouvant nous aider à nous fournir en tissu absorbant et un tissu imperméable. Je vais les relancer dans les prochaines semaines afin de savoir si elle peut nous soutenir pour acquérir du tissu à moindre coût.

Nous tiendrons Hannahpad au courant des avancées de ce projet.

Toute l’équipe d’ODADI, de Femmes En Action ainsi que les femmes rurales malgaches remercient Hannahpad pour leur don, leur soutien, leur générosité et leur gentillesse.

Nous sommes toutes ravies de collaborer avec vous.

Laisser un commentaire